Accueil / Agora / Philippe Mauguin, PDG de l’INRA,  interrogé par Ouest France

Philippe Mauguin, PDG de l’INRA,  interrogé par Ouest France

“Question : avec les ciseaux moléculaires (crispr cas), on peut intervenir plus facilement sur les gènes. Une pratique que certains voudraient interdire. Quelle est la position de l’Inra ?

Sur le plan scientifique, nous sommes clairs. Nous devons pouvoir utiliser ces outils en recherche et en production de connaissances. Ils sont incontournables pour la compréhension du vivant. On le fait dans nos laboratoires comme l’ensemble des grands organismes de recherche mondiaux et c’est extrêmement utile.

La question la plus sensible en Europe et dans le monde concerne le cadre réglementaire pour la commercialisation de plantes dont le génome aurait été modifié par ces techniques.

Le bien commun me semble un bon élément d’arbitrage. En quoi cette modification est utile et contribue au développement durable ? Si les sélectionneurs proposent des variétés avec des résistances à des maladies qu’on ne sait pas prévenir ou traiter en Europe ou dans le monde, des plantes adaptées au dérèglement climatique (résistance au stress hydrique, ou amélioration du stockage du carbone), ou encore des plantes avec un intérêt nutritionnel ou santé très fort, cela peut valoir le débat.”

22 avril 2019