Accueil / News / Les blés « modernes » sont-ils moins bons que les blés « anciens » ?

Les blés « modernes » sont-ils moins bons que les blés « anciens » ?

Une étude comparant des variétés de blé anciennes et modernes a montré une augmentation des fibres alimentaires et d’autres caractéristiques bénéfiques pour la santé humaine chez les blés cultivés actuellement.

Une des critiques faites à l’agriculture est en effet l’appauvrissement des bienfaits pour la santé des céréales qui serait dû à l’uniformisation des variétés actuellement cultivées à fort rendement.  Des chercheurs anglais ont donc cultivé 39 variétés de blé modernes et plus anciennes (couvrant une période de 230 ans) sur trois ans, pour évaluer la qualité nutritionnelle des farines obtenues.

L’auteur principal, le Dr Alison Lovegrove, indique que « Malgré les inquiétudes concernant la variation génétique décroissante constatée parmi les types de blé modernes, rien ne prouve que les bienfaits pour la santé de la farine blanche issue du blé cultivé au Royaume-Uni aient considérablement diminué au cours des 200 dernières années. En fait, nous avons constaté des tendances à la hausse dans plusieurs composants, notamment la principale forme de fibres alimentaires. Et cela malgré de fortes augmentations des rendements du blé cultivé au cours de cette période. »

Les teneurs en fibres ont ainsi augmenté d’un tiers en deux cents de sélection. L’équipe a également constaté que la concentration de bétaïne, qui est bénéfique pour la santé cardiovasculaire, a augmenté, tandis que les niveaux d’asparagine – qui peuvent être convertis en l’acrylamide chimique potentiellement cancérigène lorsque le pain est cuit – ont diminué.

La quantité de certains sucres, dont le saccharose, le maltose et le fructose, a également augmenté au cours de cette période.